Goto main content

devient

TÉMOIGNAGE

Frère Gabriel Lacerte

La vie sur le terrain comme vocation

Je me suis toujours demandé ce que serait ma vie si j’étais prêtre parmi les pauvres, dans la rue au cœur des gens qui sont dans le besoin.  Je me voyais un peu comme un Gilles Carle à Québec ou le Père Pops à Montréal.  Je pense que ma vocation vient surtout de mes expériences passées comme bénévole dans divers milieux de pauvreté.  Au fil des engagements, la vocation change, se modifie, se laisse porter dans l’Esprit et nous stimule chaque fois de plus en plus.  J’aime sentir que mon ministère m’habite dans la prière et me donne envie de changer le monde un peu chaque jour, se donner gratuitement pour les autres. « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ».


Au fil des années de formation Franciscaine j’ai été appelé à diverses expériences de vie et de mission.  J’ai fait mon postulat au Québec, mon noviciat à Burlington (Wisconsin) et de retour à Trois-Rivières pour un an et depuis trois ans je suis à Edmonton.  Le 31 juillet 2021, j’ai prononcé mes vœux solennels dans la chapelle de notre maison de Trois-Rivières, entouré de ma famille et de plusieurs de mes frères. Religieux, religieuses, amis étaient aussi présents pour vivre avec moi ce grand moment de foi.  J’ai toujours dit que je désirais vivre ce moment entouré et avec ceux qui comptaient à mes yeux.

François d’Assise comme maitre et modèle

Au fil de mon secondaire je songeais à l’idée de la prêtrise, comme mentionné auparavant, je me voyais dans la rue avec ceux que l’on met de côté.  Par la suite, la vie faisant son chemin, j’ai passé 10 ans à me chercher dans divers emplois, divers domaines d’études.  Puis en 2013, j’ai pris la décision d’entrer au Grand Séminaire de Québec.  J’y suis demeuré seulement un an puisque je me sentais davantage appelé à la vie en communauté et surtout que la prêtrise pour moi se voulait un service que je désirais offrir à ma communauté plutôt que le seul chemin possible.  Ma vie comme frère m’apporte beaucoup de joie.  Si un jour j’ai à devenir prêtre, ce sera parce que ma communauté m’appelle à servir dans ce ministère sacré.  Pour le moment, je termine dans un an un baccalauréat de 4 ans en travail social. J’ai auparavant fait ma théologie.  Au fil de mes études, j’ai passé un an comme stagiaire dans une école primaire et un an dans un organisme des Premières Nations qui œuvre en un lien avec la protection de la jeunesse.  De plus en plus mon désir de travailler auprès des jeunes et des Premières Nations ou de jeunes immigrants prend une place en moi et dans ma prière.  Un peu comme François d’Assise, lorsqu’il rencontra les lépreux et se mit à prendre soin d’eux.

La vie consacrée, démodée ?

L’engagement dans le chemin de la vie consacrée dans le monde actuel peut sembler complètement hors de son temps.  Comment peut-on en 2021 croire encore à Dieu et vouloir donner sa vie?  On a perdu le sens du sacré, on a perdu le sens de Dieu.  On le cherche dans diverses disciplines, sous diverses formes et on se prétend croyant, mais pas en « Dieu ».  On ne veut pas le nommer.  Croire en Dieu, Père, Fils, Esprit Saint relève davantage d’un désir profond de connaître notre origine.  « Par lui, avec lui et en lui… » C’est en avançant petit à petit dans le domaine de la foi que nous parviendrons à redécouvrir Dieu.  Je dis souvent à mes amis de chercher une paroisse où ils se sentiront accueillis, où la communauté les attirera et où ils sentiront que l’eucharistie leur donnera un sentiment de sacré.  Dieu nous attend à chaque endroit où nous le cherchons, c’est lui qui nous demande de le chercher autant, par ce désir intérieur de retourner au Père. J’ai beaucoup d’admiration pour les sœurs et les frères qui entrent en vie religieuse ainsi que pour les séminaristes.  Je vois ma vocation comme étant bien petite comparée à bien d’autres, mais chacun a une place donnée par Dieu et chacun porte les fruits de son engagement. 

La vie consacrée est une vie d’amour, de fraternité, de prière, de mission et surtout, une vie offerte gratuitement à Dieu et au monde.


Frère Gabriel Lacerte, OFM

Franciscains

Nous sommes les fils spirituels de saint François d’Assise. Depuis 800 ans, la simplicité, l’humilité, la pauvreté, la justice, la paix, la joie en Dieu et la fraternité universelle composent l’essence même de notre démarche. À la fois contemplatifs et actifs, les Franciscains adorent Jésus-Christ et souhaitent faire découvrir la Bonne Nouvelle de l’Évangile à tous.


Pour en apprendre plus : www.freresfranciscains.ca/

Carrefour intervocationnel (Centre PRI)
180, place Juge-Desnoyers, bureau 1003
Laval (Québec) H7G 1A4

info@carrefourintervocationnel.ca
514-271-5659

Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 886817196 RR0001

©2022 Carrefour intervocationnel